SUZANE GRIMM

Sainte Hélène

Single disponible

Écouter / Acheter

L’histoire que voici est un conte.
Celui de Suzane Grimm est tout à la fois difficile et merveilleux.
C’est le parcours d’une jeune femme née avec une âme d’artiste et qui va attendre longtemps, avant que la vie ne lui permette de réaliser ses rêves.

Mais tout vient à point…

Suzane grandit près de Aulnoye-Aymeries, non loin de Maubeuge, dans les Hauts de France.
Sa famille est modeste, et Suzane n’en dit pas beaucoup sur cette partie de son histoire, elle dépose un léger voile sur son enfance...

Il vous faut juste savoir que dans ces premières années, il y a des rires et des joies, mais aussi des jours de ciel gris. Suzane trimbale une mélancolie qui jamais ne la quittera.

Déjà, la musique est là : apprentissage du solfège, clarinette, guitare et premières compos…
Suzane chante, souvent, très souvent. Tout y passe, Tracy Chapman, Suzane Vega, Les Corrs… « J’ai dû ennuyer ma mère plus d’une fois à chanter tout le temps, mais c’était ma façon à moi de dire j’existe »
A 17 ans, Suzane obtient son bac et quitte sa famille. Direction Lille. Elle vit seule, et la musique commence à occuper sérieusement ses pensées. Suzane monte sur scène, dès qu’elle le peut, entre deux cours. C’est une passionnée, sincère, déterminée qui fait tout pour ne pas perdre de vue son rêve.

"Combien de nuits tombées trop tôt
Dans les brouillards du nord
Depuis toujours sans mon héros
Me voilà seule si seule »
Suzane Grimm – Sainte Hélène

Une première rencontre importante, un soutien indéfectible. Christian Vié.
Il a écrit des refrains que l’on n’a pas oubliés, pour Patricia Kaas, Hélène Ségara, on lui doit aussi des projets plus « indé » comme l’album de Valentin Marceau ou « L’école des Fables » chanté entre autres par Ours, Rose, Jean-Louis Aubert…

Christian découvre Suzane dans son studio, à Lille. Il est frappé par la douceur et la sensibilité de sa voix. Avec lui, elle enregistrera ses 1ères maquettes et ne cessera de mettre les textes de Christian sur ses propres mélodies.

En attendant de vivre de la musique, Suzane enchaine les petits boulots. « C’était dur, car j’étais loin de mon rêve, mais cela a construit la femme que je suis aujourd’hui »
Suzane écrit, compose, dès qu’elle le peut. Elle avance, certes, mais pas assez vite à son goût. Le doute est là mais la conviction est si forte.

« Sur le fil
Elle voit la frontière fragile
Sur le fil
Elle ne sait plus quoi faire Immobile
Suzane Grimm – Une nuit d’hiver

Suzane multiplie des collaborations. Le temps passe, mais rien de concret ne se passe. Heureusement, il y a un disque qui ne la quitte pas de la décennie, celui de Laurent Voulzy « Avril ».

Maintenant elle travaille dans un théâtre. Chaque soir en bord de scène elle regarde des gens heureux monter sur scène se faire applaudir par des gens heureux d’être là. Cela renforce ses convictions.
Suzane apprend que Laurent Voulzy est programmé pour un concert dans ce théâtre, elle veut lui faire écouter son travail.
Et ce soir-là, Laurent Voulzy va prendre le temps de l’écouter chanter. Un guitare-voix, entre deux portes, 3 minutes qui changent une vie.
Laurent conseille alors à Suzane de revenir le voir un mois plus tard, à Lille lors d’un nouveau concert, avec des maquettes. A cette occasion, elle lui remet un CD
« Je lui ai donné mes chansons comme on jette une bouteille à la mer »

Deux semaines après, un message sur son répondeur.

- Bonjour c’est Laurent, j’ai écouté vos maquettes. Rappelez-moi.

S’en suivront des échanges avec Laurent, ils parlent musique, ils parlent chansons, compos, textes, Suzane commence à récolter les fruits d’un long travail.

« Et puis il y a ce jour d’août 2013, où Laurent me dit enfin : j’aimerais produire votre album »

« Finie la crise
De fin d’hiver
Je reste assise
J’me sens légère
Je lâche prise...Je lâche prise »
Suzane Grimm – Je lâche prise

Comme dans la chanson « La fille d’avril », les mois et les saisons vont défiler, et le projet va lentement, très lentement prendre forme.

Suzane travaille, expérimente. Elle compose au piano, essaie de nouveaux textes. Ses influences : Dido, Bashung, Sia, Peter Gabriel, Lana Del Rey, Bat For Lashes et bien sûr Alain Souchon.

2015 : Suzane est choisie pour partir en tournée avec Laurent et son complice de toujours Alain Souchon, elle jouera de la guitare, du clavier, de la harpe celtique et elle aussi fait les chœurs.

Pour elle, c’est à la fois un rêve et un défi. Il faudra être à la hauteur, et elle le sera.

« Tu frôles la chance
Qui passe, pas loin
Et dans un sens
Elle te revient
Ça fait longtemps
Que tu attends ça
Et forcément
Tu croises les doigts »
Suzane Grimm – Chance

Finalement, en février 2017, le rêve devient réalité, Suzane entre en studio avec Laurent Voulzy et enregistre 4 titres sous le label Manor qu’il vient de créer.

Pourquoi Suzane Grimm et Laurent Voulzy ? Parce qu’une sensibilité musicale commune, mais aussi parce que l’un et l’autre ont pris le temps de se connaître, de s’apprécier. Cela valait la peine d’attendre. Laurent Voulzy a créé pour Suzane un univers musical onirique, réaliste et sensible où Suzane se raconte

Le premier single s’appelle « Sainte-Hélène », le vrai prénom de Mademoiselle Grimm.

SAINT-HÉLÈNE

NOM DE LA TRACK

NOM DE LA TRACK

NOM DE LA TRACK

SUIVEZ SUZANE GRIMM

En savoir+ sur Suzane Grimm